Blog-Invest pour l'investisseur avisé

Il existe des milliards de possibilités de s'enrichir mais une seule pour rester pauvre: ne rien faire


Rejoignez la Formation

Les CFD ou Contract For Difference

Posté le 28 mai 2014 par Joël | 5 Commentaires

Dans le monde financier, il existe une multitude de produits financiers aussi complexes les uns que les autres. Certains sont très simple à comprendre dans leur fonctionnement. Une action est une part d’une société dont le prix évolue en fonction de la manière dont il est échangé sur un marché boursier. Si la société se porte mal, les détenteurs de parts auront tendance à vouloir s’en débarrasser le plus vite possible, souvent au prix du meilleur acheteur. Si la société se porte bien, des intervenants voudront acquérir ou augmenter leur position et acheter des actions au prix du meilleur vendeur. Les obligations, par contre, sont émises par les entreprises afin de financer une opération, un investissement sur une période déterminée. Pour récompenser les investisseurs, l’entreprise verse des intérêts à chaque échéance (généralement annuelle), à un taux connus à l’avance (lorsque le taux est fixe), jusqu’à la date de cloture de cette obligation (un an, trois ans, 10 ans,…). Dans ces deux cas, l’émission de ce type de produit permet à l’entreprise d’obtenir des fonds nécessaire à son accroissement ou à sa survie dans certains cas (je ne vous conseille pas d’investir dans la survie d’une entreprise). Mais qu’en est-il des options, CFD, futures, warrant, SRD, turbos,… ?

A chaque produit son utilité

La plupart des produits dérivés ont été créés, au départ, afin de permettre à l’investisseur de couvrir sa position ou de fixer sa valeur à un instant précis. Ces outils sont échangés entre traders ou, dans le cas des turbos par exemple, entre un trader et un organisme de contrepartie (banque). Les produits dérivés ne vous donnent pas de droits sur la société de la valeur sous-jacente mais bien sur le prix de cette valeur.

Expliquons ce phénomène: Une action est une part d’une société. En acquérant une part d’une société, vous en devenez administrateur à dimension de la quantité de parts que vous possédez. Si vous possédez 100 actions sur un milliard, vous possédez donc un dix-millionième de cette société. Cela ne pèsera pas très lors lors du prochain conseil d’administration (il est peu probable que vous y soyiez convié). Par contre, à partir de 5%, cela devient intéressant: vous êtes reconnu en tant qu’administrateur. A partir de 25%, vous possédez un réel pouvoir de décision dans la gestion de cette société.

Un CFD ne vous permet pas cela. L’avantage du CFD est qu’avec peu de moyens, vous pouvez fixer le prix d’une action que vous possédez. En effet, un CFD varie en fonction des fluctuations de la valeur sous-jacente pour lui coller quasi-parfaitement. L’avantage du CFD sur les futures, warrants, options ou SRD est qu’il n’a pas d’échéance, la différence entre les fluctuations du CFD et les fluctuations du sous-jacent ne varie donc pas en fonction de la proximité de la date d’échéance (ce qui est fort le cas des options par exemple).

Pourquoi trader les CFD?

Il y a au moins trois manières de trader les CFD. Vous pouvez évidemment trouver énormément de sites vous offrant quelques conseils de trading.

1) Couvrir votre position : Vous possédez 1000 actions d’une société mais vous savez qu’une news sur le taux d’intérêt peut vous causer du tord. D’un coté, cette news pourrait aussi vous faire gagner de l’argent mais vous visez le long terme et vous estimez que ce genre fluctuation est néfaste pour votre portefeuille et vous ne voudriez pas que votre stoploss soit touché pour voir le cours remonter aussitôt. Vous achetez alors 10 CFD de 100 actions à la vente et désactivez votre stoploss. Le prix est alors fixé! Si l’action monte, le CFD baisse et vous faites une opération nulle. C’est exactement le même processus si l’action baisse. Lorsque cette petite bourrasque est passée, vous replacez votre stoploss et cloturez votre CFD.

2) Spéculer sur une partie de votre portefeuille : Vous estimez que la possession d’actions bloque trop d’argent. Dès lors, vous pouvez très bien placer une grosse partie de votre portefeuille dans des produits défensifs comme des obligations ou dans l’immobilier. Il vous reste alors une petite partie de votre portefeuille vous permettant d’investir dans des produits plus offensifs mais de manière très limitée. Si vous désiriez investir 40% de votre portefeuille en obligations (bon d’états,…), 50% en actions et 10% de liquidités, par exemple, vous pourriez très bien monter la partie d’obligation à 80% et utiliser 10% en CFD pour obtenir exactement les mêmes résultats qu’un portefeuille d’action de 50% (voir plus) en conservant toujours 10 de liquidités. Vous doublez alors le rendement de vos obligations.

3) Day-trading et swing-trading à fort effet de levier : En effet, ces produits offrant un fort effet de levier, ils vous permettent de trader très agressivement sur n’importe quelle valeur. Je ne le répèterais jamais assez, soyez très prudent si vous optez pour cette méthode de travail et n’allez jamais plus loin que la limite que vous vous étiez imposé. Il est tentant d’essayer de « se refaire » mais transformer le le trading des cfd en casino ne vous apportera rien de bon.

Cet article vous a plu?

  1. La mauvaise presse des options binaires
  2. Les options et la stratégie binaire
  3. Les produits dérivés sur les marchés boursiers
  4. Diversifiez votre portefeuille défensif

Commentaires

5 réponses to “Les CFD ou Contract For Difference”

  1. Martin
    mai 29th, 2014 @ 22 h 43 min

    Bonjour!

    Pour ma part, les termes spéculation et effet de levier sont dangereux et non nécessaires pour réussir à la bourse sur le long terme.

    C’est bien simple, sur le long terme, si vous avez acheté vos actions à un juste prix, vous obtiendrai un rendement équivalent à la croissance de la valeur intrinsèque de la compagnie sous-jacente plus un dividende, si il y en a un qui est versé.

    Votre précieux temps devrait être consacré à dénicher des entreprises remarquables avec des perspectives de croissance supérieur et dédiées à l’enrichissement de l’actionnaire.

    Martin
    http://www.investir-a-la-bourse.com

    [Reply]

  2. ludovic baratier
    juin 26th, 2014 @ 12 h 41 min

    Bonjour

    Merci pour ces informations. Il ne s’agit pas là de produits si connus pour le grand public. Mais c’est bien d’en parler pour montrer que ce n’est pas si risqué avec un peu de connaissance. En tout cas, merci pour ces informations.

    Ludovic

    [Reply]

  3. Vincent
    novembre 26th, 2014 @ 22 h 49 min

    J’apprécie réellement qu’on parle de trading. Surtout qu’actuellement, on se pose des questions sur la façon d’agir afin de garder une bonne position financière dans le domaine de la bourse. Pour ma part je pense que le CFD est une solution assez fiable et aussi les traders nous pouvons aller encore plus loin. Des informations comme telles sont importantes pour nous !

    [Reply]

  4. Antoine
    décembre 30th, 2014 @ 3 h 35 min

    Bonjour Joel, j’ai lu ton article « 40.000$ AU POKER EN 4 ANS », je voulais savoir si tu pouvais me mettre en contat avec Ced pour qu’il me donne quelque conseils sur le poker et sur quels sites me documenter si celui ci est bien d’accord!
    Merci!

    [Reply]

  5. Stephane de Business Investissement
    avril 8th, 2015 @ 23 h 33 min

    Salut,

    Excellent article que j’ai pris plaisir à lire et ou j’ai encore appris des choses que j’ignorais.

    Bonne continuation à ce blog !

    Au plaisir.

    Stéphane de Business investissement

    [Reply]

Laissez des commentaires






Notifiez-moi les commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.