Blog-Invest pour l'investisseur avisé

Il existe des milliards de possibilités de s'enrichir mais une seule pour rester pauvre: ne rien faire


Rejoignez la Formation

Quand le monde perd son goût

Posté le 26 mai 2015 par Joël | 4 Commentaires

L’humain a un pouvoir d’accommodation exceptionnel. C’est ce qui lui permet de survivre sur la quasi totalité de la surface de la terre ferme. Et, au delà, il a créé des moyens pour survivre dans les plus grandes profondeurs de la mer et même dans l’espace. Vous imaginez-vous aller dans l’espace? Ce serait formidable, unique, merveilleux,… et pourtant, dans les films de sciences fiction, les acteurs ont rarement l’air émerveillés de leur situation. Ils font leur boulot, et c’est tout. Serait-ce merveilleux de pouvoir prendre sa voiture et de pouvoir choisir sa direction verticale comme on choisirait le nord ou l’ouest? En fait, non… ça deviendrai banal. Au début, on y croit pas, puis on trouve ça génial et ensuite, on se demande quand on va enfin pouvoir passer à la vitesse supérieure. Au départ, on trouvait génial le fait de sortir son téléphone de sa poche pour appeler ses proches, maintenant la plupart des gens n’ont plus aucune considération pour un téléphone qui ne fait pas aussi appareil photo, GPS, ordinateur et console de jeu. L’humain crois que son état actuel est immuable, puis il crée ou découvre, utilise et jette, depuis des millénaires et quelque soit son âge.

.

La peur de l’ennui

* Et que se passe-t-il pour ceux qui parviennent à faire une pause et admirer le paysage?
- La seule question à se poser dans ce cas, c’est: est-ce que je redescend tout de suite ou est-ce que j’attends encore un peu? Est-ce que je profite vraiment de l’instant présent? Est-ce que j’ai bien gravé ce paysage dans ma mémoire?
* Et c’est tout? Il regarde et puis il redescend?
- En quelque sorte, le grimpeur a gagné un souvenir de ce qu’il a vu et ressenti et se sent capable d’escalader des montagnes plus hautes et plus difficiles mais pas tout de suite. En rentrant au bercail, il pourra alors choisir de grimper sur des sommets plus hauts ou plus difficiles.
* Toutes les montagnes sont différentes et apportent leur lots de surprises naturelles, de rencontres,…
- La métaphore de la montagne est un exemple facile à comprendre car il reprend tous les éléments d’une réussite: la peur de ne pas y arriver, l’effort pour y arriver, la préparation physique et mentale, la descente plus simple que la montée, et la plénitude de l’objectif accompli.

Ouvrez les yeux et saisissez la prochaine opportunité de vous surpasser

* Avec toutes les montagnes dans le monde, il y aura toujours de quoi s’occuper!
- En effet, mais notre champion pourrait aussi se dire: je l’ai fait, j’ai gravi la montagne… je sais le faire! Qu’est-ce que je peux faire d’autre maintenant? Plonger à 1000m de profondeur? Traverser un désert? ou la « Road 66″ à moto? Sauter en parachute? La montagne peut prendre plusieurs formes: un but, une étape, un entraînement, une preuve,… tout peut s’arrêter à ou tout peut démarrer à ce moment précis. Tu peux passer ta vie à escalader des montagnes. Si tu te concentres sur les personnes que tu rencontres, la technique que tu emplois ou la nature que tu peux admirer, différentes en tous lieux et en toute saison, alors tu as compris comment atteindre le bonheur. Aucune tâche ne sera compliquée car tu maîtrises la technique et tu sais comment déjouer les pièges. Aucune victoire ne sera trop grande ou trop petite car tu sais d’où tu viens et les efforts que tu as fait pour y arriver. De même, tu comprendras comment chaque victoire t’apporte un peu plus. Et chaque nouvelle escalade sera une découverte. Par contre, le jour où tu estimes que escalader une montagne ou une autre revient au même, mieux vaut revoir tes objectifs de vie car chaque pas te semblera vide de sens. Les « passionnés » ont tous un point commun: ils découvrent et s’émerveillent en permanence. Ils iront toujours plus loin dans leur découverte: un jour ils apprendront le nom d’une plante, le lendemain ils apprendront où et quand la trouver, le surlendemain ils apprendront ce que cette plante peut apporter en terme de soin ou de valeur nutritive.
* Je comprends. En fait, si j’écris mon blog sur le baseball et que cela fonctionne, j’aurais envie de garder le même niveau que celui qui a été atteint lors de ma réussite. Automatiquement, mon blog deviendrait inintéressant. Je devrais toujours chercher plus loin, innover, progresser et relever le niveau de mes articles en conséquence. Ou je peux aussi élargir le thème.
- Innover, ce n’est pas seulement profiter de ta notoriété en augmentant tel paramètre ou en diminuant tel autre du produit phare de ton activité. Innover, c’est observer l’environnement et écouter les humains qui t’entourent, comprendre ce dont ils ont envie et ce dont ils ont besoins et leur apporter une solution. Car si ils avaient une solution à leur besoin, ils n’en parleraient pas, c’est encore un héritage de nos lointains ancêtres!

Cet article vous a plu?

  1. 40.000$ au poker en 4 ans
  2. Vous êtes votre meilleur courtier
  3. Celui qui ne perd jamais au poker
  4. Protégez votre business

Commentaires

4 réponses to “Quand le monde perd son goût”

  1. François
    juin 22nd, 2015 @ 15 h 25 min

    En fait tu dis qu’on est éternellement insatisfaits ?

    [Reply]

    Joël Reply:

    Bonjour François,

    Oui, les gens sont des éternels insatisfaits. Le monde de consommation joue d’ailleurs avec cette insatisfaction et rends les gens encore plus insatisfaits et en manque de ce qu’ils ne possèdent pas ou des expériences qu’ils n’ont pas vécues.

    La plupart des gens voudront simplement un salaire plus élevé pour acheter une maison et une voiture plus grosse… gagner plus pour consommer plus.

    Ceux qui ont compris cela transformeront cette éternelle insatisfaction en soif de connaissance et auront conscience que non seulement ils ne pourront pas tout voir et tout savoir, mais aussi que de ce fait, les connaissances acquises ont été choisies avec minutie afin d’aller à l’étape suivante de cette connaissance (qui ne sera qu’une étape vers la suivante).

    Pour l’exemple de la montagne, c’est la même chose, en fonction de nos expériences, nous choisirons différemment quel sommet nous voulons atteindre par la suite: dépaysement – volcan, foret, pic neigeux, pays lointain -, montagne plus haute, plus dure à escalader,…

    Ou alors, on peut raconter toute sa vie « un jour, j’ai escaladé une montagne et c’était cool ».

    [Reply]

  2. Sebastien
    novembre 1st, 2015 @ 17 h 16 min

    On peut se satisfaire ce qu’on a déjà et vivre très heureux. Ainsi resté indépendant de la consommation et être encore plus heureux sans avoir de but pour faire plaisir a la société.

    [Reply]

  3. Christina
    avril 18th, 2016 @ 11 h 17 min

    Je partage l’opinion de Joël sur le fait que nous sommes des êtres qui ne se contenteront jamais de ce que nous avons sous la main : argent, nourriture, vêtement,travail,…On en demande toujours plus. Mais est-ce un comportement naturel?

    [Reply]

Laissez des commentaires






Notifiez-moi les commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.